Le STOP LOSS est l’une des premières règles que nous apprenons lorsque nous nous initions au trading. Si ce point important du trading est à maîtriser, il apporte aussi son lot de frustration quand on voit le cours aller et venir le chercher pour repartir juste après, mais bien-sûr sans nous. Ne me dites pas le contraire, je sais que vous avez au moins une fois connu ce sentiment de frustration.

Avant de développer plus en avant comment gérer les STOP pour éviter de se les faire déclencher, revenons quelques instants sur le principe de base.

Le STOP LOSS a pour objectif de limiter votre perte après l’achat ou la vente d’une action ou tout autre sous-jacent. Sachant que potentiellement, une action peut tomber à zéro si la société fait faillite, il est recommandé de placer un stop de protection appelé plus communément STOP LOSS afin de limiter votre perte en cas de chute de l’action. Je ne vais pas aborder les mécanismes de calcul des prises de position en fonction de votre stop de protection, mais uniquement sur la position de celui-ci. C’est la position de votre stop qui déterminera combien d’actions, vous pourrez ensuite investir. C’est ce que l’on appelle le Money Management. Une autre compétence à acquérir absolument pour ne pas griller votre compte.

Petite précision, mais qui a énormément d’importance, un STOP LOSS ne vous offrira aucune garantie de vente de vos actions au prix que vous avez déterminé en cas de GAP baissier. Votre ordre STOP se transformera alors en ordre à tout prix que vous trouverez sous le signe ATP. Juste pour mémoire, un GAP de cotation est un trou de cotation entre la fermeture de la veille et l’ouverture du jour. Voyez le graphique juste en dessous

En cas de GAP à l’ouverture en votre défaveur, vous perdez tout contrôle sur le prix de la transaction.

Par exemple, une action clôture à 50$ et ouvre le lendemain à 45$, vous avec un GAP baissier de 5$. Si vous aviez un STOP à 48, votre ordre STOP sera exécuté à 45$ et non pas à 48$.

Voici juste un exemple pour être sûr que nous parlons de la même chose.

Afin de vous assurer contre cette pénible situation, certains brokers, moyennant des frais supplémentaires, pourront vous garantir votre niveau de STOP en cas de GAP.

Ah oui, juste pour conclure cette introduction, la mise en place d’un STOP LOSS est gratuite. Vous ne payerez des frais uniquement lors de l’exécution de celui-ci au tarif normal de votre broker.

À travers cet article, je veux vous donner quelques règles de bases pour placer vos STOP LOSS tout en évitant de se les faire manger comme malheureusement cela arrive fréquemment surtout chez les débutants. Je vous rassure, il m’arrive aussi parfois de me faire piéger à la suite d’une erreur d’appréciation.

L’objectif aujourd’hui est de vous expliquer les mécanismes qui vous exposent aux déclenchements de vos STOP LOSS et comment y remédier.  Une fois que ces mécanismes seront appréhendés, je vous proposerai plusieurs solutions hyper efficaces bien différentes de celles que vous avez pu voir sur d’autres articles souvent bien faits néanmoins.

Je vais vous donner 3 stratégies différentes pour éviter de vous faire déclencher vos STOP LOSS régulièrement.

Premièrement, nous verrons comment éviter ce que j’appelle la zone de bruit. Ensuite, je vous indiquerai une astuce pour éviter les pièges des supports et résistances. Pour conclure cet article, je finirai avec un indicateur que je ne vois pas souvent utilisé, mais qui est assez redoutable d’efficacité.

Voici donc la première raison qui bien souvent, vous fait perdre l’avantage du STOP LOSS.

1 La zone de bruit

Connaissez-vous la zone de bruit du cours ?  

Un cours évolue souvent entre un support et une résistance, que l’on appelle aussi un range et qui est la zone de fluctuation du cours.

Si vous placez votre protection dans cette zone de range en pensant limiter votre risque par position, vous serez dans, ce que nous appelons, les bruits de marché.

Les bruits de marché sont des fluctuations normales des cours comme on peut le constater sur le graphe en dessous

Un cours ne monte ni ne descend en ligne droite, il y a des paliers, des retracements après un mouvement de hausse ou de baisse.

Si vous placez votre STOP dans ces zones de bruit c’est-à-dire à l’intérieur du range, vous serez inévitablement déclenché, car vous ne laissez pas assez de place pour laisser respirer naturellement le cours.

La première stratégie est de déterminer où se trouve la zone de bruit et mettre votre STOP de protection hors de cette zone, vous allez ainsi vous mettre à couvert des fluctuations normales.

Ne pensez pas qu’en vous mettant près du cours vous allez limiter votre risque, car vous serez déclenché presque 9 fois sur 10.

La seule raison, à mon sens, de mettre un STOP si près du cours, c’est-à-dire dans cette fameuse zone de bruit, est lorsque vous êtes déjà en plus-value importante et que vous voulez assurer vos gains après une forte poussée haussière par exemple.

Rien ne vous empêche effectivement de placer un STOP pour prendre vos bénéfices en cas de déclenchement lors d’un petit retracement. Vous pourriez alors attendre un retracement plus important pour re-rentrer dans la valeur.  Si votre STOP ne se déclenchait pas, vous pouvez alors le remonter pour suivre la tendance haussière en cours.

2 Les supports et résistances

La deuxième raison pour laquelle vous vous faites chasser vos STOP c’est que vous voyez partout, notamment sur internet, que dès que vous avez pris votre position, vous devez placer votre STOP au niveau du support si vous êtes acheteur et de la résistance si vous êtes vendeur.

Il faut savoir que les professionnels, les dealing desk, brokers, traders pros et les markets makers ont accès aux carnets d’ordres et voient exactement où se situent les gros paquets d’actions.

Ces gros paquets d’actions sont souvent placés justement sur les zones de supports ou de résistances.  

Comment vont-ils procéder pour une position acheteuse ?

Il leur suffit simplement de faire baisser les cours avec des ventes massives pour aller chercher les positions sur les supports et rafler la mise à bas prix. Les cours remontent ensuite par les rachats de position, mais sans vous.

Reconnaître une chasse aux STOP est très facile ……après

La chasse dure quelques minutes à quelques heures, 2 ou 3 tout au plus.

Il y a une augmentation brutale des volumes puis une fois les actions raflées, les volumes baissent tout aussi brusquement.

Regardez ce graphe typique de chasse aux STOP.

Sur les flèches vous pouvez voir de grandes bougies qui vont bien en dessous des supports et résistances habituelles. Vous avez soit des bougies pleines ou des bougies avec de grandes mèches, signes d’une activité rapide du cours.

La question naturelle qui vient à l’esprit est de savoir ou mettre son STOP.

Voici la deuxième stratégie que vous pouvez mettre en place pour éviter de vous faire déclencher vos STOP.

Pour éviter de vous faire déclencher sur ces niveaux de supports ou résistances, vous devez prendre une marge de sécurité en dessous de votre support ou au-dessus de votre résistance par exemple de 3 à 5%.

Sur cet exemple, votre stratégie est de renter sur cette valeur lorsqu’elle débordera les 30$ qui correspondent par exemple au plus haut précédent

Vous décidez de mettre un STOP au niveau du support de la moyenne mobile 50 jours en bleue à 27$ soit – 10%.

En plaçant votre STOP juste sur le support de la moyenne mobile à 50 jours, vous risquez de vous faire déclencher, prenant le risque d’un rebond pour que la valeur remonte ensuite, mais sans vous.

En mettant votre STOP en dessous de la moyenne mobile à 50 jours, par exemple sous le support des 26$ vers les 25.50$ par exemple, vous vous laissez 1.50$ de baisse supplémentaire pour éviter de vous faire déclencher de votre STOP. Vous faîtes ainsi fi des multiples contacts sur cette moyenne mobile qui joue, avouez-le parfaitement son rôle.

Ce n’est pas les 1.50$ de baisse supplémentaire qui ruineront votre compte. Il vous suffira d’adapter la taille de votre position en fonction de ce nouveau STOP plus bas.

Vous prendrez certes moins d’actions, mais votre risque final sera exactement le même. Vous augmentez ainsi les chances de valider le scénario que vous avez imaginé en restant le plus longtemps possible dans la position.

Souvenez-vous qu’en début d’article, je vous signalais qu’un STOP serait totalement inefficace en cas de GAP baissier à l’ouverture et que vous risquez même de vous débarrasser de vos actions à un prix nettement inférieur.

Il y a-t-il un moyen pour contrer ce problème, à part bien sûr le STOP garanti moyennant finance de pallier tous ces inconvénients ?

La bonne nouvelle est que la réponse est positive et je vous propose de regarder sans plus attendre la troisième stratégie.

Encore un effort, nous sommes presque au bout de l’article et pour vous récompenser d’avoir pris le temps de lire cet article jusque-là, je vous donnerai une dernière astuce juste après la fin de ce deuxième chapitre.

Après la zone de bruit et les supports/résistances, la troisième stratégie consiste à se servir des options.

Un achat d’option PUT remplira le même rôle qu’un STOP fixe et ce, en présentant plusieurs avantages.

Si vous ne connaissez pas les options et plus précisément l’achat de PUT, je vous mets le lien du cours explicatif juste ici.

Un achat de PUT vous garantira de vendre vos actions au prix du contrat que vous aurez choisi.

Reprenons l’exemple d’AMD

Lorsque le cours arrive sur les 30$, vous décidez de rentrer en position longue c’est-à-dire d’acheter les actions.

Vous pouvez ensuite acheter un PUT au prix d’exercice de 26$ avec une échéance de 6 mois. Cela veut simplement dire que votre contrat sera valide pour les 6 prochains mois. 

Voici les différents scénarios possibles.

Après avoir acheté vos actions, le cours se retourne à la baisse et passe sous les 26$ que j’ai matérialisé par la zone rouge sur le graphe suivant.

 Avec un STOP normal, vous êtes déclenché et vos actions sont vendues sur le marché. Vous encaissez votre perte.

Avec votre achat de PUT, votre position sera couverte pendant toute la durée du contrat, cela veut dire que si le cours est en dessous de 26 $ à la date d’expiration du contrat, vous recevrez 26$ par action, peu importe le prix en dessous de 26$.

Imaginons un instant que le cours passe sous les 25$ brièvement, mais remonte la semaine d’après à 27$ puis 30$ les semaines suivantes.

Avec un STOP classique, vous seriez sorti de la position avec une perte.

Avec l’option PUT, vous seriez encore en position et profiteriez alors de la nouvelle hausse.

Deuxième avantage non négligeable, si la société distribue des dividendes, étant toujours en position, vous toucherez votre dû.

Second scénario, AMD poursuit sur sa lancée haussière et votre achat de PUT expire à l’échéance. Il meurt de sa belle mort et devient caduc. Vous perdez la prime que vous avez payée.

Les avantages que vous confèrent l’achat du PUT ne sont pas gratuit, il vous vaudra payer une prime pour acquérir le contrat d’option.

Vous avez certes payé une assurance contre la baisse potentielle du cours tout comme vous achetez une assurance pour protéger votre voiture ou votre maison en cas de sinistre. C’est exactement le même principe.

Attention néanmoins à la période à laquelle vous allez acheter votre PUT, il y a des règles à respecter.

Comme promis, je termine cet article avec une dernière astuce pour déterminer une zone de STOP relativement efficace.

Afin de rendre à César, ce qui appartient à César, cet indicateur m’a été transmis par José, un des membres fondateurs du blog de la Bourse Sans Stress.

Sur votre graphique, faites apparaître l’indicateur ATR en sélectionnant l’indicateur sur votre plateforme.

ATR signifie « Average True Range », c’est un indicateur technique développé par J. Welles Wilder et qui mesure la volatilité des cours.

Il représente la Moyenne Mobile des « True Range » sur une période donnée.

Le True Range est défini comme la valeur maximum parmi ces 3 écarts suivants :

 Plus haut journalier – Plus bas journalier

 Cours de clôture de la veille – Plus haut du jour

 Cours de clôture de la veille – Plus bas du jour

Dans le cas d’AMD, le graphe ci-dessous nous montre un ATR est de 1.32$.

Tout stop, placé à moins d’un ATR a une très forte probabilité d’être touché.

Vous pouvez donc par exemple choisir de positionner votre STOP au minimum à 1.5 voire 2 ATR.

Votre STOP devrait se placer entre 1.98$ et 2.64$ en dessous du cours d’entrée soit entre 28.02 et 27.36$.

L’ATR est donné à l’instant T et change tout le temps. Vous devrez le noter lors de votre passage d’ordre d’achat de vos actions pour calculer la zone précise des 1.5 ou 2 ATR.

Vous pouvez remarquer que le prix du STOP situé dans la zone de 1.5 ou 2 ATR est au-dessus du STOP fourni par le support à 26$. Ceci est dû à la très faible volatilité d’AMD sur les deux derniers mois. Parfois cela pourra être l’inverse.

Comparez vos différents STOP possibles et adaptez votre mise en place en fonction de votre aversion au risque.

Il n’y a pas une méthode parfaite, mais différents indicateurs qui sont juste là pour vous aider dans votre prise de décision finale, ce ne sont que des indicateurs et en aucun cas des vérités absolues. La décision vous appartient toujours.

J’espère qu’à travers tous ces exemples et surtout toutes les solutions que je vous ai présentés, la chasse au STOP ne sera plus, pour vous, qu’un mauvais souvenir.

Je vous rappelle que vous pouvez télécharger deux excellents ebooks gratuits en cliquant sur ce lien ci-contre. Le premier ebook concerne une stratégie d’option simple et surtout créditrice et le second ebook vous révélera la règle d’or de Jesse Livermore, considéré comme le plus grand spéculateur de tous les temps

N’oubliez pas de vous abonner à la chaîne You Tube du blog pour recevoir les prochaines vidéos et également avoir accès à toutes les vidéos de formations gratuites aux options.

Merci et Trade safe.

Michael

L’équipe de La Bourse Sans Stress

Téléchargez le dernier Ebook

Recevez de l'argent à chaque transaction

You have Successfully Subscribed!