Oui, mais quand ???

Des experts aux analystes, en passant par le chauffeur de taxi, voire même jusqu’à Nabilla, le mot bulle semble être devenu synonyme de la tendance du marché.
Tant et si bien que la plupart des gens ne font que hausser les épaules quand le mot est mentionné. Il n’y a pas de contraction. Il n’y a pas de souci. Il n’y a pas d’émotion.

Auriez-vous haussé les épaules en 2000, pendant la bulle internet ? Saviez-vous ce qui allait arriver lorsque le mot bulle ne soit mentionné avant ces crashs ? Bien sûr que non.
Pourtant aujourd’hui, presque tout le monde parle d’une bulle, le marché continue de monter au rythme le plus rapide de l’histoire.
Le Dow continue son incroyable ascension vers de nouveaux sommets, tandis que les indicateurs de surachat pour le S&P 500 atteignent leur plus haut niveau en … eh bien … jamais!
Est-ce que cela signifie que nous sommes dans une bulle? Peut-être !
La vraie préoccupation n’est pas de savoir si nous sommes dans une bulle, mais quand cette bulle éclatera.
Je vais vous montrer l’indicateur qui n’est pas arrivé depuis 10 ans. Pourquoi je crois que le marché a plus de marge de manœuvre, et pourquoi le président Trump n’est peut-être pas aussi mauvais que vous le pensez, surtout si vous êtes un investisseur. Avant que vous n’arrêtiez de lire parce que vous êtes un anti-Trump, écoutez-moi.

Doublez le chewing-gum, doublez la taille de la bulle

Le marché est surévalué et en surachat du marché, et alors !!!
Bien sûr, par rapport aux données historiques, le marché est plus élevé et augmente plus vite que jamais, mais l’époque est aussi différente du temps passé. L’information n’a jamais circulé aussi vite de toute notre histoire. Mais selon les normes actuelles, est-ce que cela augmente vraiment rapidement ? Les actions sont-elles vraiment surachetées ? Plus nous mâchons de chewing-gum, plus la bulle est grosse. Plus nous créons d’argent, plus le marché est grand.

Un monde différent

Beaucoup d’actifs aujourd’hui ne sont pas chers par rapport à l’argent déversé sur le marché. Bien que nous ayons vu les prix mondiaux de l’immobilier et des actifs grimper à des sommets historiques, nous avons également constaté une somme d’argent record dans le système. Rappelez-vous que plus de 15 000 milliards de dollars ont été injectés dans l’économie mondiale par les banques centrales au cours de la dernière décennie, alors que les taux sont à leurs plus bas historiques. La Fed et la Banque du Japon ont quadruplé leurs bilans, tandis que la Banque populaire de Chine et la Banque centrale européenne ont plus que doublé les leurs. Ensemble, ces banques centrales ont triplé leurs bilans. Cette liquidité doit aller quelque part.
Cette liquidité se retrouve dans les actions et autres actifs parce que les laisser dans des obligations dans un contexte de taux d’intérêt bas voir négatifs signifie simplement que vous allez perdre de l’argent.
Jetez juste un coup d’œil à la façon dont le S&P500 s’est comporté par rapport aux achats effectués par la banque centrale américaine au cours de la dernière décennie.

Ce concept n’est pas nouveau, mais je tiens à souligner sa relation avec les valeurs du marché. Bien sûr, les prix des actions sont élevés. Mais cela ne signifie pas que les actions constituent une classe d’actifs plus risquée que les actifs financiers liés aux taux. Avec des taux d’intérêt proches des plus bas historiques, les actions auront l’avantage, parce que le coût d’emprunt est très bas. Si vous avez emprunté 100 000 $ à 2% et investi tout sur le S&P500, vous seriez en hausse de plus de 30% sur l’année 2019.Vous seriez gagnant plus de 28 000 $.
Cela signifie que vous obteniez facilement 30 % sans trop y penser. Comment trouver plus simple que d’investir dans le S&P500 ?
Étant donné que le rendement moyen aux États-Unis est d’environ 3%, le marché boursier est clairement le meilleur choix.
Alors que les États-Unis sont finalement en train de retirer de la liquidité (tant que les bénéfices des entreprises continuent à afficher une vigueur et que les taux d’intérêt restent bas, le marché a encore beaucoup de marge de manœuvre. Si vous le comprenez dans un contexte de liquidité le plus élevé de tous les temps dans lequel nous sommes, ce n’est pas si élevé. En fait, si vous placez notre marché boursier par rapport à notre civilisation actuelle et moderne, ce n’est vraiment pas si haut. Notre civilisation avance au rythme le plus rapide de l’histoire.
La croissance de la technologie est plus rapide que jamais. Les données et les vitesses de calcul doublent chaque année. Nous pouvons communiquer avec quelqu’un à travers le monde dans le même laps de temps qu’il faut pour que notre cerveau forme une pensée. Les voitures deviennent plus rapides. Les gens courent plus vite. En d’autres termes, tout y compris la hausse du marché boursier devient plus rapide.

Plus de gains à venir ?

Chaque fois que les marchés étaient surachetés comme ils le sont aujourd’hui, le marché a connu des gains importants au cours des mois suivants.
En 1996, le RSI a atteint 87 en juin, à partir de là, au pic du marché, le S&P500 a augmenté de 128%.
Une décennie plus tôt, le RSI a atteint des niveaux similaires et l’indice S&P500 a progressé d’environ 50% jusqu’à atteindre le plus haut du marché haussier. En remontant plus loin, en 1955, le RSI a culminé à 88 en juillet et a gagné environ 15% au sommet de son canal haussier.
Notre marché pourrait être en réserve pour au moins un autre gain de 15% prochainement. Mais comme les choses bougent plus vite que jamais, nous pourrions peut-être nous attendre à beaucoup plus.
Juste une pensée pour les analystes qui continuent à comparer notre marché actuel aux cycles précédents. Le S&P500 est déjà en hausse de près de 2,5% ce mois-ci.

Où vont les flux financiers ?

Selon the Merrill Lynch Global Research, les entrées de fonds en actions au cours des quatre dernières semaines ont atteint le chiffre le plus élevé jamais enregistré, avec un total de plus de 58 milliards de dollars. On pourrait soutenir que cette euphorie est le point de basculement pour le marché puisque le commerce de détail est toujours le dernier à participer à un cycle de marché haussier.
Bien que cela soit vrai, regardons-le dans son contexte. Tant que l’économie est perçue comme performante, les investisseurs continueront à verser de l’argent sur le marché. Et pourquoi les investisseurs devraient-ils se sentir bien dans l’économie ?

L’effet Trump

Depuis l’annonce de Trump, les montants record que les entreprises détenaient à l’étranger servent aujourd’hui à investir dans des domaines tels que les nouveaux processus de production, les nouvelles technologies, l’informatique et la sécurité numérique.
Selon Goldman Sachs, les sociétés du S&P500 détiennent 920 milliards de dollars américains en espèces non soumises à l’impôt, et il estime que 250 milliards de dollars seraient rapatriés. Une bonne partie l’a déjà été.
La majeure partie de cet argent appartient à des sociétés fortement concentrées dans les secteurs de la technologie et de la santé et comprend de grands noms tels que Cisco, Apple, GE, Qualcomm, Amgen et Oracle.
Une partie de cet argent reviendra aux États-Unis, ce qui continuera d’entraîner l’un des deux résultats probables suivants :
1. Rachats d’actions de sociétés
2. Dépenses en capital / réinvestissement
En outre, avec des valorisations record, il serait plus logique pour les entreprises de dépenser pour les dépenses d’investissement et les acquisitions plutôt que pour le rachat d’actions – d’autant plus que les cours élevés sont souvent la meilleure devise pour les rachats.
Quelle conséquence ?
Apple, qui détient des centaines de milliards à l’étranger, a déjà rapatrié 38 milliards de dollars aux États-Unis en 2018.

En utilisant le nouveau taux d’imposition de rapatriement de 15,5%, le paiement d’impôt de 38 milliards de dollars signifie qu’il prévoit un rapatriement de 245 milliards de dollars au total.
Non seulement Apple rappellera et investira des milliards de dollars en dépenses en capital, y compris un tout nouveau campus Apple, il créera au total 20 000 nouveaux emplois.
Ce sont de vrais emplois et une véritable création d’infrastructures – pas une solution temporaire du gouvernement.
Si quelqu’un vous dit que les taux d’imposition des sociétés sont inférieurs et ne profitent qu’aux riches, dites-le aux 20 000 nouveaux employés qu’Apple va embaucher sur le sol américain et qui paieront des impôts.
Il est fort à parier que nous allons voir beaucoup d’autres grandes entreprises, qui détiennent de l’argent à l’étranger, faire la même chose.
Si vous pensez que la Chine n’est pas une menace, considérez ce qui suit.
Autre donnée, la guerre de la Chine pour le talent technologique s’intensifie. Les entreprises sont bien financées et sont en concurrence sérieuse pour le talent », a déclaré un ancien dirigeant du géant chinois de la recherche Baidu. Les startups dans les secteurs comme l’IA doivent souvent offrir des augmentations de salaire de 50 à 100 % pour attirer les employés loin des entreprises technologiques établies. La technologie est certainement un moteur majeur de croissance en Chine. La production dans le secteur des technologies de l’information et des logiciels en Chine a augmenté de 33,8% en glissement annuel au quatrième trimestre, contre 29% au troisième trimestre, selon les données du bureau des statistiques.
En Chine, les meilleurs diplômés travaillant sur l’IA peuvent obtenir un salaire de 300 000 yuans (47 066 USD) à 600 000 yuans (94 132 USD) par an, selon le site de recrutement technologique 100offer.com, tandis que les chefs d’équipe qui ont entre trois et cinq ans d’expérience peuvent faire plus de 1,5 million de yuans (235,331 dollars) par an. Beaucoup de ces emplois sont à Pékin ou à Shenzhen.
En comparaison, un chercheur IA à San Francisco gagne en moyenne 112 659 dollars par an, et un ingénieur en apprentissage dans la même ville gagne en moyenne 150 815 dollars, selon le site Indeed.
L’argent afflue encore. Plus de 65 milliards de dollars d’investissements en capital-risque ont été réalisés en Chine en 2018, en hausse de 35% par rapport à 2017, selon le cabinet d’études Preqin.
Nous n’avons certainement pas vu ce type de croissance des salaires aux États-Unis.

Fusions et acquisitions

Qu’en est-il des fusions et des acquisitions ?
Pour 2018, juste pendant trois semaines dans l’année, la valeur des fusions annoncées s’élève à 152,5 milliards de dollars.
C’est le chiffre le plus élevé depuis les 374 milliards de dollars accumulés au cours de la même période lors de la frénésie technologique de 2000, selon les données compilées par Bloomberg.
Les sociétés nord-américaines, qui ont perdu la faveur des acquéreurs l’année dernière, sont de retour sur la liste des courses en 2019, représentant près de 60% de toutes les transactions annoncées jusqu’à présent, indiquent les données.
Qu’on aime ou pas Trump, les effets de sa politique sont indéniables pour les portefeuilles boursiers.

L’inflation pour enfin grimper ?

Malgré la hausse des prix des actifs au cours de la dernière décennie, nous avons assisté à une croissance de l’inflation faible. Pourquoi ?
Premièrement, le coût de la main-d’œuvre s’est effondré par le biais de la mondialisation et de la technologie. Dans le passé, les économies étaient relativement fermées. Donc quand la Fed imprimait de l’argent, il était très vite transmis aux citoyens des États-Unis grâce à la création d’emplois, car cet argent allait directement dans l’économie américaine. Au fur et à mesure que l’argent était imprimé, les salaires augmentaient très rapidement et de nombreuses usines ont connu une pleine utilisation de la capacité. Cela faisait monter les prix très rapidement, ce qui entraînait des taux d’inflation élevés.
Aujourd’hui, les économies sont pour la plupart grandes ouvertes.
Considérons que nous vivons dans un monde où deux milliards de personnes vivent avec moins de trois dollars par jour. Ces gens aimeraient travailler beaucoup moins que les gens aux États-Unis. Cet écart salarial nous a menés à une grande économie mondiale dotée d’énormes capacités excédentaires grâce à de la main-d’œuvre extrêmement bon marché.
Malgré tout l’argent imprimé par la Fed, l’inflation reste faible parce que cet argent pourrait être dépensé n’importe où dans le monde.
En conséquence, nous avons connu à la fois une croissance des bas salaires et la création d’emplois aux USA, donc un autre obstacle à l’inflation.
Mais sous Trump, tout est en train de changer.
Le Trésor américain et l’IRS ont publié de nouvelles directives et tables de retenue pour les employeurs qui intègrent des changements de la nouvelle loi fiscale.
Un salaire minimum bas a été l’une des principales plaintes de nombreux électeurs de la classe moyenne qui ont voté pour Trump. Beaucoup d’entre eux l’ont attaqué pour sa position sur le salaire minimum à l’époque. Mais la politique fiscale de Trump a obligé les entreprises à répercuter ces avantages sur leurs employés via des primes et des augmentations de salaire minimum.
Et ces avantages ne vont pas seulement aux plus hauts revenus

Home Depot (HD) a finalement, après une mise en grève de ses employées début 2017, distribué des primes allant jusqu’à 1 000 dollars aux travailleurs américains rémunérés à l’heure, devenant ainsi un des très gros employeurs nationaux à distribuer des chèques après la réduction de l’impôt sur les sociétés imposée par le président Trump.
La chaîne de bricolage a déclaré qu’elle continuerait également à distribuer des paiements de « partage de succès » liés à la performance financière de l’entreprise.
Les travailleurs ayant au moins 20 ans d’expérience ont également reçu la prime totale de 1 000 $, alors que tous les travailleurs à temps partiel ont reçu au minimum 200 $.

Chez Walmart, des primes allant jusqu’à 1 000 $ ont été distribuées aux travailleurs ayant au moins 20 ans d’expérience. La plupart des travailleurs ont droit à quelques centaines de dollars tout au plus. Walmart a déjà également augmenté son salaire minimum pour atteindre 15$ en 2020 soit une hausse de 40% depuis 2016. Ne vous plaigniez, notre SMIC national va prendre 1.2% donc 0.7% vont servir à compenser l’inflation.
Wal-Mart a également annoncé qu’elle étendra ses congés payés maternels et parentaux en offrant aux employés à temps plein à temps plein 10 semaines de congé de maternité payé et six semaines de congé parental payé… Avant ces changements, le congé de maternité payé était de huit semaines et le congé parental rémunéré était de quatre semaines pour les travailleurs à temps plein.
De plus, Wal-Mart versera 5 000 $ pour les frais d’adoption, qui varient en moyenne d’environ 34 000 $ à 40 000 $. Les 5 000 $ peuvent être utilisés pour les frais d’agence d’adoption, les frais de traduction et les frais juridiques ou judiciaires. »

Idem chez Target, autre mastodonte de la distribution américaine ou le salaire minimum sera de 15$ courant 2020 pour 12$ actuellement

Starbucks a donné en 2018, 500 $ aux travailleurs à salaire horaire et à confirmer qu’il dépenserait 120 millions de dollars en augmentations salariales.
Des dizaines d’autres grands employeurs nationaux ont également donné des primes ou des augmentations de salaire, dont Amazon, Facebook, Chase, Walt Disney Co, Banfk of America, Wells Fargo, etc …
En d’autres termes, la politique fiscale de Trump a obligé les grandes entreprises à partager la richesse avec leurs employés.
Une augmentation des dépenses était l’un des principaux éléments manquants pour la croissance de l’inflation. Ce « partage des bénéfices » pourrait changer cela.
L’abaissement de l’impôt sur les sociétés entraîne un déficit américain plus important et, alors !!! Malgré tout, le dollar américain s’est légèrement renforcé. Combinez cela avec l’augmentation des dépenses et un taux de chômage au plus bas historique et cela pourrait être le précurseur d’une reprise, à terme, de l’inflation. Cela pourrait ouvrir la voie à l’augmentation des taux annoncée.
Mais encore une fois, sous la politique de déréglementation de Trump, la bulle pourrait continuer de grossir, et ce n’est pas une mauvaise chose, pour le moment.

Déréglementation commerciale

Les États-Unis ont toujours été une source d’innovation et d’avancées mondiales. La déréglementation des entreprises permet aux entreprises de prendre plus de risques, ce qui signifie plus d’avancées. Cela pourrait entraîner d’autres investissements étrangers aux États-Unis, ce qui pourrait continuer à créer des d’emplois.
Les grandes sociétés américaines ont envoyé de l’argent à l’étranger en raison des taxes élevées aux US. Mais comme ces grandes entreprises rapportent de l’argent sur leur sol, les États-Unis iront de l’avant.
Cette ruée vers le capital va générer des progrès significatifs. Cela signifie que les pays du monde entier devront rester compétitifs.
Cela signifie que la Chine devra augmenter ses propres dépenses ou revenir sur tous les progrès qu’elle a réalisés au cours des dix dernières années. Il n’est pas étonnant que la Chine ait annoncé la construction d’un nouveau complexe technologique de 2 milliards de dollars spécifiquement dédié à l’intelligence artificielle. Cette concurrence alimentera l’économie mondiale.
Je suis certain qu’après avoir lu tout cela, vous allez croire que je suis un partisan de Trump. Mais je veux que ce soit très clair : je ne fais pas de politique. Même vivant actuellement aux USA, je suis toujours citoyen français, sans droit de vote ici. Cet article est là pour vous aider à gérer vos décisions d’investissement en fonction de la macroéconomie. Cela signifie parfois mettre de côté vos opinions politiques.
Si les taux d’intérêt remontent, et je pense que cela arrivera inévitablement à terme, les actions et l’immobilier finiront par devenir moins favorables. Phénomène normal puisque les investisseurs transféreront leurs capitaux spéculatifs dans des placements plus sûrs basés sur des taux plus élevés.
Et si vous revenez au graphique que j’ai posté plus tôt, vous remarquerez que la croissance du S&P500 a récemment dépassé la croissance des actifs des banques centrales. Cela ne s’est pas produit depuis 10 ans.
La question est maintenant de savoir comment le marché s’adaptera en fonction de la croissance et de la création d’emplois dans l’économie mondiale. Si les taux augmentent trop rapidement, cela freinera certainement la croissance et plongera les États-Unis et le monde dans une nouvelle récession.
Peut-être que la Fed et les autres banques centrales seront en mesure de dénouer leurs actifs tout en augmentant les taux en parallèle avec la croissance de l’économie mondiale.
N’oubliez pas que nous sommes en territoire inconnu et que les chiffres historiques ne correspondent pas directement à notre situation actuelle. Si nous utilisions une seule séance pour jouer le marché, nous ne ferions jamais d’argent. L’objectif est de faire autant d’argent que possible sur le marché boursier avant la prochaine correction majeure. Cela ne signifie pas remettre tous les profits de ce boom actuel sur le marché. Cela signifie réinvestir des bénéfices, tout en en épargnant certains pour les jours de retour sur le marché. J’espère pouvoir sortir le plus possible et j’ai déjà pas mal commencé, avant le prochain crash du marché.
La peur de rater une opportunité est réelle et il y a juste trop de perturbations, d’innovations et de nouveaux secteurs qui sont en plein essor, pour rester sur la touche, semi-conducteurs en tête
Je pense qu’il est quand même préférable vu la montée vertigineuse du dernier trimestre d’en garder en un peu sous le pied, pour un jour propice.

Trade Safe
Michael
L’équipe de La Bourse Sans Stress
Source Equidia

Téléchargez le dernier Ebook

Recevez de l'argent à chaque transaction

You have Successfully Subscribed!