En ces temps perturbés, j’ai pensé que ce genre d’article pourrait vous intéresser. Dans des périodes baissières de courte ou longue durée, il est important de maîtriser certaines configurations graphiques pour profiter à plein des opportunités que nous offrent le marché. Voici une figure graphique connue, mais dont je n’ai trouvé que peu de détails sur sa configuration et que je souhaitais néanmoins vous présenter. Après avoir effectué plusieurs recherches, voici donc un article que j’espère des plus complet sur le Dead Cat Bounce.

Le Dead Cat Bounce (DBC), ou littéralement de rebond du chat mort, est certes un terme un peu macabre, mais qui fait référence à une reprise haussière, de courte durée, du marché dans une tendance baissière ou dans une correction plus importante. Le DCB se produit uniquement dans le cadre d’une configuration de continuation baissière.

Ce terme est apparu pour la première fois dans le milieu des années 80 en Angleterre durant les perturbations financières sur le marché asiatique.

Lorsque le marché ou une action baisse pendant plusieurs minutes, plusieurs heures, plusieurs jours et voire même semaines, il va se produire une fin de baisse provisoire avec, pour conséquence, un retournement du marché à la hausse.

Ce retour à la hausse est tout à fait normal après une forte baisse pour deux raisons :

  • La raison #1 est qu’il y a certainement des vendeurs à découvert qui ont profité, voir amplifié le phénomène de baisse. Après un bénéfice certain sur leurs positions baissières, ils prennent une partie ou la totalité de leurs gains et se mettent à racheter leurs positions pour les clôturer.
  • La raison #2 vient de ce que j’appelle les investisseurs opportunistes qui voient après une telle baisse, une opportunité de retournement rapide.

Concernant la durée théorique de la phase de retournement, rien n’est à ce stade clairement défini. Nous constatons néanmoins que cette durée est souvent assez courte, nous verrons cela dans les détails techniques, un peu plus loin dans l’article. La durée ne doit pas excéder plusieurs fois l’unité de temps sur laquelle est fait le DBC sinon ce terme de DBC n’a plus lieu d’être. Si vous constatez un retour rapide à la baisse du cours de l’action et de la volatilité, vous êtes bien dans un DBC. Dans le cas contraire, nous rentrerions alors dans une période dite de consolidation, que l’on pourrait classer dans la phase « Accumulation ». Juste en aparté, vous pouvez retrouver toutes les phases des cours dans le tutoriel vidéo de Philipe visible ici.

Est- ce que le DCB est néfaste au marché et surtout à l’investissement ?

Le DCB est juste une configuration graphique qui nous enseigne ce qui est en train de se passer à l’instant T. Savoir déterminer un DCB avec précision, vous permettra de prendre d’éventuels points d’entrée pour continuer à parier sur la baisse du cours.

Déterminer un réel DCB est un challenge que je vous propose de relever à travers une explication simple et des exemples précis. Voici comment se matérialise une configuration d’un « vrai » DCB. Je dis vrai, car nous sommes dans de la théorie pure. Il faut savoir que le réel DCB commence par un fort GAP baissier mais vous pourrez bien sûr constater des DCB sans GAP baissier faisant uniquement suite à une succession de bougies fortement baissières. Ce qui sera d’ailleurs le cas le plus courant.

Le DCB devrait donc commencer apr un GAP baissier qui peut être compris entre 15 et 70%. Il est vrai qu’au-delà de 15% de GAP, vous avez plutôt affaire à des sociétés d’origines très volatiles comme les biotechs par exemple. Le GAP représente, en général, une surréaction de la part des vendeurs qui veulent se débarrasser de leurs actions à tout prix et surtout à n’importe quel prix. Idéalement la forte baisse du cours, commencé par le GAP, se poursuit sur une période d’une semaine de cotation, soit entre 5 et 7 séances. Nous sommes toujours dans de la pure théorie.

Voici une statistique intéressante à savoir sur cette baisse comprise dans la semaine suivante.

46% des plus bas se font dans la journée suivante du GAP.

17% des cours continuent de baisser le jour suivant. Ce qui veut dire que dans 63% des cas, la baisse se termine en deux jours maximum avant de repartir à la hausse.

Pour finir avec cette statistique, 12% des cours continueront à baisser sur les 2 autres jours suivants soit un total de 75% des actions en baisse sur 4 jours suivants le GAP.

Comment intervient le rebond après le GAP et la courte continuation baissière ?

Après la chute intervient le fameux rebond du chat mort. Le rebond ne refermera le GAP baissier que dans 22% des cas. Il y a donc 78% des cas ou le GAP ne sera pas comblé par le rebond. Cela ne veut pas dire que le GAP ne sera jamais comblé, cela veut simplement dire que dans 78% des cas, le GAP sera comblé mais beaucoup plus tard.

Dans 38% des cas, le GAP sera fermé dans les 3 mois et 58% dans les 6 mois suivants. Le rebond généralement constaté est de 28%, et ce dans une période de 20 à 25 jours. Il peut être bien sûr plus important et plus rapide. Une fois le rebond terminé, 30% des actions en DCB replongeront de 30% en moins de 50 jours.

Le second plongeon des cours interviendra dans 26% des cas dans les 3 mois suivants et 38% dans les 6 mois suivants. La baisse constatée lors de la seconde baisse est de 20% supplémentaire au minimum dans 67% des cas. Des baisses de 40 ou 60% supplémentaires ne sont pas rares.

Regardez le graphe suivant.

Cette valeur ouvre avec un GAP baissier de 18% et poursuit sa baisse jusqu’à – 33% en 16 séances. On remarque que les plus hauts des 3 bougies suivantes du GAP forment une résistance. C’est un signe supplémentaire de continuation baissière. L’action remonte ensuite de 21% en 6 séances pour repartir sur une seconde baisse 27% plus bas.

 

Voici un autre exemple.

L’action ouvre avec un GAP et poursuit sa baisse jusqu’à -31%. Nous sommes bien dans la statistique des 46% du plus bas fait par la deuxième bougie suivant le GAP. Le cours rebondit de 11.5% en 5 séances avant de repartir à la baisse pour atteindre son prix plancher 54% plus bas.

Comment profiter d’un DCB pour prendre position ?  

Vous aurez bien compris que nous sommes dans une configuration baissière au minimum de court ou moyen terme. L’objectif du trade sera donc baissier.

Pour prendre cette position en limitant le risque au maximum, je vous conseille de rentrer, sur ce genre de position, avec un achat d’option PUT versus une vente à découvert. La vente à découvert ne vous permet pas, malgré tout ce que vous pouvez entendre, de maîtriser votre risque même avec un STOP de rachat de position. Si la valeur fait un fort retournement de tendance et ouvre avec un GAP haussier, votre ordre « STOP limite » se transformera alors en « ordre à tout prix » sur lequel vous n’aurez aucun contrôle. L’option PUT à l’achat limite votre risque au prix de la prime payée pour ouvrir le contrat. Si nous sommes effectivement en présence d’un DCB et que le cours poursuit sa chute, la valeur intrinsèque engrangée ainsi que l’augmentation de la volatilité de l’action ou du marché, voir des deux, fera augmenter le prix du contrat que vous aurez acheté. Lorsque vous estimerez que l’action a atteint un support ou que votre gain est suffisant, vous revendez plus cher le contrat que vous avez acheté, tout simplement.

A quel moment prendre position ?

Nous venons de voir que lors des 2 à 5 premiers jours suivants le GAP baissier, l’action continue de baisser, il n’y a donc pas de précipitation à avoir à la formation du GAP. C’est plutôt la force du rebond que sa durée qui va nous alerter sur une prise de position éventuelle.

Pour vous aider, vous pouvez utiliser les retracements de Fibonacci. Les retracements vont vous permettre d’évaluer la fin du rebond. Les retracements les plus utilisés dans ce cas de figure sont généralement les 38.2% et les 61.8%. Les retracements peuvent cependant atteindre les 78.6%. Souvenez-vous que dans 22% des cas, le GAP pourra même être comblé par le retracement (le rebond).

Puisque nous ne savons pas ou va se finir le retracement, il est compliqué de prendre une position baissière à ce moment précis, car nous pouvons être en face d’un faux signal baissier. Le cours ne repart pas à la baisse et annule la figure du DCB. Un des problèmes d’identification du DCB est que l’on ne le reconnaît qu’une fois la figure dessinée. Pour augmenter les probabilités de réussite, le mieux est de renter en position vendeuse ou short une fois que le cours repasse sous le plus bas précédent.  Vous pouvez également prendre comme repère le support oblique s’appuyant sur les plus bas des séances de hausse.

Sur le graphe vu précédemment, le point d’entrée idéal devrait se trouver autour des 11.55$ (ou 12.50$ si vous suivez le support oblique des + bas des séances de hausse) et profiter ainsi d’une baisse supplémentaire de presque 49%.

Le prix invalidant la stratégie baissière pourrait se situer au plus haut du rebond à 12.80$ par exemple. C’est sur ce point de retournement que vous pourriez revendre le contrat PUT acheté avec une perte minime.

Cette prise de position peut se faire sur un DCB également sans GAP, la théorie d’entrée et de sortie reste la même.

J’espère que les éléments que je viens de vous fournir vous permettront d’identifier avec plus de précision cette figure de continuation baissière.

Si vous avez des questions, n’oubliez pas les laisser dans les commentaires en dessous pour que je puisse vous répondre.

Merci, à bientôt sur le blog et sur la chaîne You Tube.

Trade Safe

Michael

Téléchargez le dernier Ebook

Recevez de l'argent à chaque transaction

You have Successfully Subscribed!